communiqué de la coordination migrants

Publié le par LDH49

Mise au point des associations de la Coordination Migrants

 

En réponse aux articles parus les lundi 22 et mardi 23 mars dans Ouest France, la Coordination Migrants regroupant 10 associations*, tient à apporter quelques précisions et demande que soit apportée une solution pérenne pour l’accueil de jour des demandeurs d’asile.

Le titre : « Sans-abri : le préfet sollicite les associations » pourrait laisser supposer que celles-ci ont tardé à réagir à « l’afflux » des migrants sur l’agglomération angevine.

 Or, depuis plus de deux ans, la Coordination Migrants  mais aussi d’autres associations de terrain   ont, à plusieurs reprises et de façon insistante, interpellé les pouvoirs publics, notamment au cours de rencontres répétées avec la Préfecture et la Mairie. Certaines avancées importantes sont d’ailleurs à noter : installation d’une borne Eurodac à Angers pour la prise d’empreintes, des moyens humains et financiers supplémentaires alloués à l’Abri de la Providence pour l’Espace Accueil…

Il est à souligner que le flux important des migrants – une centaine de primo arrivants par mois - n’est pas plus important sur le Maine-et-Loire que sur d’autres départements français, qu’il correspond à une tendance généralisée mais stable en France, comme dans tous les pays industrialisés.

Les associations qui œuvrent quotidiennement sur le terrain sont d’ores et déjà débordées, comme le souligne l’article et ne sauraient faire davantage avec les moyens dont elles disposent. De plus, la fermeture des Restos du Cœur à la fin de la période hivernale va, sans aucun, doute aggraver la situation. La question récurrente de l’hébergement reste d’actualité : où vont aller les demandeurs d’asile de la Base nautique de Bouchemaine et ceux logés à l’hôtel pendant la  période de froid ? Leur hébergement prend fin ce vendredi 26 mars sans encore de solution proposée.

Prêtes à continuer d’assumer leur part, elles entendent que l’Etat prenne la sienne dans le respect du droit d’         asile conformément à la Convention de Genève.

 Le dispositif mis en place pour un accueil de jour des migrants en complément du Point Accueil Santé Solidarité (PASS) n’est que provisoire et ne peut à lui seul résoudre le problème.

Aussi la Coordination Migrants demande-t-elle d’ouvrir au plus vite un ou des lieux plus appropriés (à noter l’erreur de surface du PASS mentionnée, ce n’est pas 365 m2 mais seulement 35m2 !!!) pour un accueil digne des demandeurs d’asile sur notre territoire.

 

 

(* Secours Catholique, Une famille un Toit, Pastorale des Migrants, Emmaüs, Ligue des Droits de l’Homme, Aptira, Restos du Cœur, Reda, Saint-Vincent de Paul, Le Bon Pasteur)