Multiplication des poursuites pour aide au séjour irrégulier

Publié le par LDH49

Chasse aux migrants, chasse aux citoyens solidaires :

quand l’humanité devient un délit…

(Communiqué LDH nationale)


Monsieur Eric Besson, « Ministre de l’identité nationale », a déclaré récemment à Calais avoir été « ému » par la situation des migrants et vouloir « humaniser » une « politique de fermeté » (sic).

 

Quelques jours plus tard, à Norrent-Fontes (Pas-de-Calais), ont été arrêtés 13 migrants originaires d’Erythrée, et avec eux une femme de 59 ans dont la maison a été perquisitionnée et qui a été retenue pendant neuf heures d’affilée pour leur être venue en aide. Un autre militant de Boulogne-sur-Mer a été arrêté le même jour dans les mêmes conditions. Tous deux ont été interrogés dans le cadre d’une affaire d’« aide au séjour irrégulier en bande organisée ».

 

Il ne s’agit pas, loin de là, d’un acte isolé : Monsieur Besson a programmé les moyens budgétaires d’une politique organisée de poursuite des « aidants ».

 

Le Comité central de la Ligue des droits de l’Homme, réuni le 7 mars 2009, exprime son entier soutien aux militants de la solidarité de plus en plus souvent menacés et poursuivis pénalement pour avoir obéi à leur conscience en secourant les victimes de la chasse aux migrants.

 

Il appelle tous les citoyens de ce pays à se faire eux aussi « délinquants de la solidarité » pour ne pas laisser traiter comme des criminels celles et ceux qui défendent les droits fondamentaux et la dignité humaine.





APPEL POUR LE DROIT A L'ACCUEIL INCONDITIONNEL
(Pétition à l'initiative d'Emmaüs)



Nous, soussignés, organisations ou citoyens, souscrivons sans réserve au principe d’accueil inconditionnel et/ou déclarons le pratiquer.

Nous sommes et serons solidaires des personnes et organismes inquiétés voire poursuivis pour avoir appliqué ce principe.

En référence à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, nous demandons que ce principe d’accueil inconditionnel soit inscrit dans le droit français et appliqué dans tous les lieux d’accueil, publics ou privés, sans limitation de durée, ainsi que dans les administrations.

En conséquence, nous demandons la fin des arrestations et des poursuites opérées dans ces lieux, ainsi qu’à l’encontre des organisations ou des particuliers « aidants », agissant par solidarité.



Publié dans Immigration - Asile