Que veut-on nous cacher à la Maison d’Arrêt d’Angers ?

Publié le par LDH49

La LDH49, membre du « Groupe angevin de concertation sur les prisons», est très attentive aux conditions de vie des détenus de la Maison d'Arrêt d'Angers.

La maison d’arrêt d’Angers reçoit derrière ses barreaux de nombreux prévenus dans des conditions déplorables, dénoncées depuis bien longtemps par La LDH, mais aussi par bien d’autres associations.

Ainsi le Barreau d’Angers, l’Observatoire international des prisons et le syndicat des avocats de France (SAF) ont mené ensemble une « action prison » et déposés 27 recours concernant des détenus. Ceux-ci ont débouchés sur des ordonnances de constat, menées par un expert immobilier dans la maison d’arrêt. Certes il a pu faire un rapport déjà éloquent sur l’état des lieux, mais ces constats sont limités par le tribunal administratif, ne permettant pas, par exemple, de voir toutes les cellules occupés par le détenu durant son parcours de détention.

On a toujours l’impression qu’il faut cacher la réalité même lorsque des ordonnances de constat devraient permettre de la mettre en lumière.

Dans un article de Ouest-France paru ce jour, Josué JEAN-BART rend compte du point d’étape de « l’action prison ».

Lire l'article

Le Groupe Angevin de Concertation sur les prisons est constitué d’équipes de bénévoles agissant au sein des associations suivantes :

  •  Association Nationale des Visiteurs de Prison (ANVP)
  •  Association Olivier Giran - accueil des familles de personnes détenues
  •  Courrier de Bovet
  •  Genepi
  •  Secours Catholique
  •  Ligue des Droits de l’Homme
  •  Emmaüs,

Associations auxquelles se joignent les aumôneries de la Maison d’Arrêt.

Publié dans Justice, Prisons

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :