‘Le Visage de la honte’ : un clip poignant qui dénonce le traitement des réfugiés à Calais

Publié le par LDH49

Le clip de la chanteuse Laura Clauzel, intitulé "The Face of Shame", nous plonge au cœur du quotidien difficile des migrants de Calais.

 

Ci dessous un article de Léa Marie paru dans Konbini

L’art transmet certains messages bien plus efficacement que les discours politiques. C’est tout du moins le cas du clip de Laura Clauzel, intitulé "The Face of Shame" ("Le Visage de la honte"). Tournée en octobre 2016 avant le démantèlement de la jungle de Calais, la vidéo est un appel à regarder en face les conditions déplorables dans lesquelles (sur)vivent les migrants aux abords de nos villes.

La lente mélodie jouée au piano est captivante ; la voix de la chanteuse Laura Clauzel, saisissante. Accompagnant des images en noir et blanc du quotidien des migrants, le morceau prend la forme d’un émouvant cri du cœur. En fuyant la guerre ou la misère, ces hommes et femmes rêvaient d’un avenir meilleur. Mais après une traversée de la Méditerranée au péril de leurs vies, c’est à une réalité peu reluisante qu’ils sont confrontés.

Refoulés aux frontières, les réfugiés se retrouvent entassés dans des campements de fortune, souvent sans eau potable. Entre les murs de barbelés, ils se serrent les coudes et tentent tant bien que mal de mener une existence "normale". Le clip est d’autant plus fort qu’il évite de faire dans le larmoyant. Qu’ils viennent du Darfour, du Mali ou du Soudan, ces habitants de la "jungle" partagent aussi de chaleureuses accolades, symboles de leurs brefs moments de joie.

L’exercice était loin d’être évident ; mais c’est avec brio que le vidéo-clip dénonce ce que l’artiste qualifie de "politique de non-accueil des migrants". Si le démantèlement de la jungle de Calais a momentanément fait disparaître ces camps précaires, il n’a en rien réglé la question migratoire ; ni le traitement réservé aux demandeurs d’asile partout en France. À l’heure où les autorités de Calais sont accusées d’empoisonner les points d’eau des migrants et que ces derniers se voient régulièrement aspergés de gaz poivre par la police, le message de "The Face of Shame" est plus que jamais d’actualité.

Publié dans Culture