Vidéo : la colère de Damien Carême, maire de Grande Synthe

Publié le par LDH49

Depuis la nomination de Gérard Collomb, le maire de Grande-Synthe attend toujours un rendez-vous avec le ministre.

Damien Carême avait demandé un rendez-vous ministre de l’Intérieur le jour de sa nomination.

On l’a d’abord averti que Gérard Collomb était prêt à l’entendre… mais au téléphone. Après avoir refusé, il accepte comme une première étape avant une rencontre physique. L’échange durera une trentaine de minutes, jusqu’à 22 h 30. « Il me parle juste de répression. Mais on fait quoi avec le millier de réfugiés déjà présent sur la Côte d’Opale ? Je lui ai parlé des CAO (Centres d’accueil et d’orientation, ndlr) et, là, il était intéressé pour me rencontrer et en parler. » Les semaines passent et Damien Carême n’a pas de nouvelle du ministre.

« Ils savent de quoi je suis capable ! »

Gérard Collomb était de passage à Calais vendredi dernier. Tout laissait penser que le ministre ferait un crochet par Grande-Synthe. Ou qu’il inviterait le maire à le rencontrer dans la commune de Natacha Bouchart. Les relances de l’élu demeurent vaines.

« C’est le début de l’été, les réfugiés arrivent en France. On me dit de ne pas faire de CAO à Calais, alors on fait quoi ? J’en ai 350 à Grande-Synthe qui sont traqués comme des bêtes ; il y en a 150 à Steenvoorde, 600 à Calais… » Damien Carême aimerait construire des centres à Calais, Boulogne-sur-Mer, Norrent-Fontes, Angres ou encore Grande-Synthe. Histoire de maîtriser ces flux qui, de toute manière, arriveront dans la région pour rejoindre Calais. « Ce serait des CAO de transit. Il n’y a pas d’autres solutions et on va y arriver ! »

« Ils savent de quoi je suis capable et je suis sûr que je vais être reçu. Sinon, j’irai directement à l’Élysée. »

D'après les informations publiées par lepharedunkerquois.fr