Aide aux migrants : jugé en appel, Cédric Herrou estime ‘faire le travail de l’Etat’

Publié le par LDH49

Cédric Herrou est cet agriculteur bio qui a secouru des migrants dans sa ferme et autour  à la frontière italienne.. Voir notre article du 20 janvier dernier ici.

Il a été condamné en première instance le 10 février dernier pour aide à l’immigration clandestine à une peine d’amende avec sursis. Il avait été relaxé pour tout le reste de son action de secours, notamment le squat en octobre d’une ancienne colonie de vacances SNCF inoccupée pour y reloger une soixantaine d’Erythréens, dont la moitié de mineurs, qui campaient avant chez lui. Mais le parquet de Nice a fait appel, ainsi que la SNCF… et Cédric Herrou lui-même qui demande la relaxe, se disant « innocent »

Au procès en appel, Cédric Herrou se heurte à une incompréhension totale des juges
Cédric Herrou s’est expliqué à la barre. « J’ai l’impression de faire le travail de l’État », justifie-t-il, affirmant notamment que les mineurs en situation isolée dans les Alpes-Maritimes n’étaient pas pris en charge par les autorités. « Il y a une réelle volonté de ne pas faire », a-t-il déclaré à 20 Minute  avant l’audience, voyant en ce procès un « audit » de la justice sur la question migratoire. Il était accompagné par une cinquantaine de militants, notamment de la LDH.

L’article publié sur Médiapart est éclairant sur la perception par la justice de la notion de solidarité : Aide aux migrants: en appel, Cédric Herrou se heurte à l’incompréhension

Publié dans Solidarité, Justice