Pride 2017 : c’est le 20 mai à Angers

Publié le par LDH49

L’association Quazar est organisatrice de la Pride de samedi. Elle rappelle que « dans cette période d’élections présidentielles et législatives, il est important de faire entendre haut et fort nos voix pour défendre nos droits et rappeler nos revendications. Le tag homophobe sur le panneau de notre local nous rappelle également que nous devons rester mobilisés pour dire non à l’homophobie ! Pour toutes ces raisons, la 18e Pride d’Angers doit battre des records de participation !  »

Tout le programme ici PRIDE 2017

La LDH aura un stand au Village associatif de la Pride d'Angers. Elle est signataire du manifeste ci-dessous

Le 28 juin 1969 à New York, des personnes transgenres et homosexuelles se révoltent et affrontent la police pour protester contre les humiliations, les discriminations et les violences dont ils sont l’objet de la part des forces de l’ordre. Vont suivre, les années suivantes, des manifestations de commémorations et de luttes qui vont devenir les Prides d’aujourd’hui. Oui, notre Marche des Fiertés dans les rues d’Angers prend racine dans la lutte pour la dignité et l’égalité. Notre Pride est avant tout une manifestation revendicative et solidaire.

Dans notre pays, nos luttes ont permis l’acquisition progressive d’un certain nombre de droits :

Hier, nous avons lutté pour obtenir la suppression des articles du code pénal qui sanctionnaient l’homosexualité. Nous n’avons rien lâché et, il y a 35 ans, nous l’avons obtenu !

Hier, nous avons combattu pour l’adoption du Pacs Nous n’avons rien lâché et, il y a 18 ans, nous l’avons obtenu !

Hier, nous avons lutté pour le vote de lois punissant les discriminations à caractère homophobes et transphobes. Nous n’avons rien lâché, et nous les avons obtenus, il y a 15 ans pour les discriminations homophobes et il y a 5 ans pour les discriminations transphobes.

Hier, nous nous sommes battus pour l’adoption de lois aggravant les peines pour les crimes et violences à caractères homophobes et transphobes. Nous n’avons rien lâché, et nous les avons obtenus, il y a 14 ans pour les violences homophobes et il y a 5 ans pour les violences transphobes.

Hier, nous avons lutté pour que les lois sanctionnent les injures et diffamations à caractère homophobes et transphobes. Nous n’avons rien lâché, et nous les avons obtenus, il y a 13 ans pour les injures homophobes et il y a 5 ans pour les injures transphobes.

Hier, nous nous battions pour le droit au mariage et à la famille. Nous n’avons rien lâché et, il y a 4 ans, nous l’avons obtenu !

 

L’égalité des droits n’est cependant pas encore totalement acquise :

  • Aujourd’hui nous nous battons pour une reconnaissance identique de la filiation dans les familles homoparentales et hétéroparentales. Nous ne lâchons rien !
  • Aujourd’hui, nous luttons pour que la PMA soit autorisée pour toutes les femmes, qu’elles soient seules ou en couple, homosexuelles ou hétérosexuelles. Nous ne lâchons rien
  • Aujourd’hui, nous luttons pour le changement d’état civil libre et gratuit pour les personnes transgenres, qui reste soumis à l’arbitraire d’un juge. Nous ne lâchons rien !
  • Aujourd'hui, nous nous mobilisons pour que les personnes séropositives au VIH, et les homosexuels sont les premiers touchés, bénéficient des mêmes droits et ne soient plus discriminés en raison de la maladie. Nous ne lâchons rien !
  • Aujourd’hui, nous nous battons pour une véritable prise en compte de la demande d’asile déposée par les personnes homosexuelles et transgenres persécutées dans leur pays, et pour un accueil digne et respectueux de ces personnes. Nous ne lâchons rien !

Des partis politiques, des responsables religieux, des groupes de pression, des mouvements, des personnalités médiatiques remettent en cause tout ou partie de nos droits acquis : par exemple, au nom d’un certain modèle familial, on voudrait supprimer le droit au mariage et à l’adoption pour les couples homosexuels, au nom de la liberté d’expression, on voudrait ne plus sanctionner les propos et les injures à caractère homophobes,…

Des voix, souvent les mêmes, se font entendre pour exiger une politique encore plus restrictive sur le droit d’asile, ce qui fermerait ainsi les portes de la France aux personnes homosexuelles et transgenres persécutées dans leur pays d’origine.

Des maires, dont celui d’Angers, retirent des panneaux publics les affiches des campagnes contre le VIH, à seule fin de complaire aux membres les plus réactionnaires de leur Conseil municipal. Des élus déclarent qu’ils ne marieront jamais des couples de personnes de même sexe.

Nous leur disons que :

  • Demain, comme aujourd’hui, nous nous battrons pour que pas un seul de nos droits acquis ne soit remis en cause. Nous ne lâcherons rien !
  • Demain, comme aujourd’hui, nous continuerons le combat pour que l’égalité soit complète. Nous ne lâcherons rien !
  • Demain, comme aujourd’hui, nous mènerons le combat pour que partout dans le monde les personnes lesbiennes, gays, bi et transgenres soient respectées et qu’elles acquièrent l’égalité des droits. Nous ne lâcherons rien !

Nos droits… hier, aujourd’hui, demain, on ne lâche rien !

 

Publié dans libertés