Deux militants angevins d’extrême droite face aux juges : la presse nationale en parle

Publié le par LDH49

Dans ce procès la LDH était partie civile. Voir notre article : Le Bloc identitaire en Anjou - des jeunes et des moins-jeunes…

Le délibéré du jugement est attendu pour le 3 mai.

La presse locale et nationale était présente au tribunal.

Chants racistes et coups de poings contre les policiers : le procès d'une beuverie identitaire

Par Nicolas de La Casinière, envoyé spécial à Angers

Un soir de novembre à Angers, un groupe d'amis, ivres et liés à Génération identitaire, passent à tabac trois personnes et finissent en garde à vue. Entendus par le tribunal ce mercredi, deux d'entre eux, aux souvenirs flous, risquent 10 mois de prison avec sursis.

Piteux à la barre du tribunal, l’un dit n’avoir soit aucun souvenir de cette nuit de furie raciste et avinée, l’autre prétend vaguement avoir voulu s’interposer entre les protagonistes des rixes dans la rue. C’était le 22 novembre 2016 dans le centre d’Angers. Entre le bar Le Falstaff et la place du Ralliement, le groupe d’une quinzaine d’amis liés à Génération identitaire tabasse trois personnes, mêle chants racistes et saluts hitlériens, pour finir par faire le coup de poing contre les policiers de la BAC dépêchés pour les calmer. Trois personnes sont arrêtées, dont un mineur qui comparaîtra devant un juge pour enfants. François-Aubert Gannat, 20 ans, et Marc-Henri Picard, 39 ans, étaient, eux, entendus ce mercredi.

«Etat d’esprit plutôt festif»

Le premier n’admet que le coup de poing au policier qui le menottera difficilement au sol. «Peut-être un autre coup, concède-t-il, mais je ne suis pas sûr et certain. Et je ne sais pas à qui…» Non non, il n’a pas frappé trois personnes avec sa ceinture. Il a pourtant été arrêté cette ceinture à la main. «Je ne suis pas forcément identitaire», marmonne-t-il par ailleurs. Pas forcément ? «J’ai bien fait trois ou quatre trucs, un cours de boxe, des maraudes pour les SDF.» Le président du tribunal veut comprendre. Ces «identitaires», comment ils se définissent ? Gannat hésite : «Euh… c’est pour la protection de l’identité française. Et pour les plus démunis…» Et «si les démunis n’ont pas l’identité française ?» poursuite le juge. «Ben, c’est pareil…» lâche François-Aubert Gannat qui voudrait tant qu’on lui parle d’autre chose. On parlera bien de son CAP de menuiserie mais pas de son père, élu FN à la région Pays de la Loire et ancien du Parti des forces nouvelles.

La défense produit un témoin de dernière minute, un ami de François-Aubert. Mèche sur le front et cheveu ras, blazer et chaussures à boucles, Urbain n’a retenu de la soirée qu’un «état d’esprit plutôt festif» et n’a entendu aucun chant nazi. Aucune injure raciste. Pourtant, un serveur du bar l’a justement entendu dire : «On est à la recherche des Arabes. On va les taper. Je vais le tuer, celui qui m’a tapé.» Urbain se défend comme il peut : «J’étais pas dans la deuxième bagarre, pourquoi j’aurais dit ça ?»

«Ce soir-là, la racaille, c’était vous»

Marc-Henri Picard, 39 ans, ancien dircom de la mairie de Montfermeil, se dit aujourd’hui écrivain. Maniaco-dépressif bipolaire suivi par un psychiatre, il vit de son allocation d’invalidité. De cette soirée, il n’a que des souvenirs très flous. La soirée commence chez lui, à l’absinthe. Puis rallie le bar. «Ce soir-là, j’ai décidé de ne pas prendre mes médicaments. J’ai suivi le troupeau.» Pas très mouton quand même, il glisse une matraque dans la poche de son imperméable, s’habille d’une coquille de protection, «comme un pratiquant de boxe montant sur le ring» souligne la procureure. «J’ai déjà été agressé, c’est pour me protéger». En garde à vue, il traite les policiers de «connards, bons à rien, pauvres petites merdes», use d’une injure homophobe et tente d’étrangler le gardien venu le calmer dans la geôle de garde à vue. Explication : «J’étais hors de moi».

Devant les quatre policiers de la BAC, le groupe hurle «la police soutient la racaille». «Mais ce soir-là, la racaille, c’était vous», rétorque un des avocats des policiers parties civiles. Plusieurs témoins ont entendu un chant dont les paroles clament «sale nègre» et des cris «à mort les Arabes, à mort les Blacks». Une femme s’interpose. Ils la traitent de «sale juive». La victime la plus amochée n’a pas voulu témoigner. Maghrébin, SDF et sans papiers, il n’a aucune envie de risquer une reconduite à la frontière. «Mais aussi parce qu’il a recroisé ses agresseurs et qu’il a lui-même réglé ses comptes», dit la procureure. Alors que François-Aubert Gannat est vu ceinturant du bras la tête d’un Maghrébin, l’avocat du jeune identitaire plaide «une immobilisation. Ça ne caractérise pas des violences. On ne va pas refaire ici le procès de Nuremberg. Il n’y a rien lié à Génération identitaire dans ce dossier. C’est juste le procès de l’alcool violent et d’une beuverie.»

L’avocat de la LDH suggère un stage de citoyenneté dans un centre de migrants pour François-Aubert Gannat qui doit baisser la tête pour mordre un rictus sans être vu des juges. La procureure requiert 10 mois de prison avec sursis et 175 heures de travaux d’intérêt général contre Gannat, 10 mois avec sursis contre Picard, et interdiction de fréquenter les autres prévenus. Le délibéré est attendu pour le 3 mai.

Publié dans Dérives totalitaires