A Segré le CLSCP organise une souscription pour les demandeurs d’asile

Publié le

Depuis trois ans déjà le le collectif qui soutient les familles de demandeurs d’asile dans la région de Segré organise une souscription.

La collecte de dons et la souscription

Le collectif a reçu des dons très divers d'une trentaine d'artistes, d'éleveurs et agriculteurs locaux: sculptures, gravures, dessins, peintures, céramiques, bijoux, photos, objets en bois, mais aussi spectacles, repas ou caissettes de produits locaux.

Ils ont mis en place un vitrine, au 27 rue Victor Hugo à Segré pour exposer ces dons. Ils organisent donc une souscription : les billets sont en vente au prix de 5€ jusqu'au 28 janvier. On peut se les procurer auprès des membres du collectif ou auprès d’Arnaud et Romain, du bar Les Boissons rouges, ou, encore, chez Kévin Rizet, dans sa boutique spécialisée en cigarettes électroniques, rue Victor-Hugo. Les sommes récoltées serviront à assurer les dépenses quotidiennes des familles. En effet, déboutées du droit d’asile, elles ne peuvent prétendre à la moindre allocation et n’ont pas le droit de travailler. « Les familles n’ont droit à rien sauf aux Restos du cœur », assurent les membres du collectif.

Tirage au sort de la souscription et manifestations locales

La solidarité peut s’exprimer par la souscription. Le tirage au sort est prévu le samedi 28 janvier, à midi, au bar Les Boissons rouges, après une nouvelle manifestation, de 11 h à 12 h, place de la République. Une soirée cinéma, le 31 janvier à 20 h au Maingué, et des concerts, le 24 février, à Bécon-les-Granits, puis ultérieurement à Candé et au Lion d’Angers, permettront, par la suite, discussions et expressions de générosité.

La pétition

« Que faire, quand on ne peut nourrir de projets ? Quand on vit dans l’anxiété de se faire expulser ? Quand l’intégration se fait pourtant, et se mesure petit à petit, que la compréhension du langage opère ? Qu’avec les enfants scolarisés, les parents appréhendent mieux l’écriture ? Que les échanges verbaux deviennent plus aisés ? Que faire, quand les lendemains sont tellement compliqués ? »
Les bénévoles du collectif rappellent que « de nombreux logements sont disponibles. Des espaces aisément aménageables sont inoccupés ». Dès lors, « comment expliquer aux copains de classe que leurs camarades ne peuvent poursuivre une même scolarité, eux dont les parents fuient la guerre, les mauvais traitements ? Comment, à l’école, étudier les droits de l’Homme quand dans les mêmes classes, à tout moment, des enfants craignent l’expulsion ? » C'est la raison pour laquelle ils font circuler une pétition qui sera remise aux élus.

Contact :

libredecirculer@free.fr   ou 06 82 92 31 16 ou 06 34 95 90 51 soutiens à envoyer à CSLCP 18, rue Michelet 49 500 Segré.
CLSCP : Collectif segréen pour la libre circulation des personnes.