Compteur Linky, la LDH a demandé des garanties

Publié le

Dans un article publié le 26 avril dernier sur notre blog 'Linky : un compteur communicant qui en dit beaucoup sur notre vie privée' , la LDH faisait part de ses inquiétudes et de ses exigences à propos de ces compteurs.

Des échanges de courrier ont eu lieu entre notre présidente nationale, Françoise Dumont, et le directeur du programme Linky Enedis, Bernard Lassus.

Voici l'essentiel du contenu du dernier courrier de Françoise Dumont en date du 28 décembre :

Je prends acte de l’engagement d’Enedis « qu’aucune donnée personnelle ne fera l’objet d’un quelconque commerce ou d’une quelconque vente, qu’elle qu’en soit la raison et le cadre » et « qu’aucune communication à un tiers des données de consommation d’un usager ne peut avoir (lieu) sans son consentement ».
J’ai aussi noté que les données anonymisées et agrégées sont hébergées sur des plateformes séparées. L’accès à ces données, dans la perspective d’une information de tiers que sont les acteurs locaux et les consommateurs, ne permet donc pas un accès au système Linky lui-même.
En ce qui concerne les rapports entre vos sous-traitants et la population, si nous relevons avec intérêt une démarche mieux orientée, il demeure certaines insuffisances :
  • en cas de refus auprès du planificateur, la plaquette indique que ce refus sera transmis à ERDF dans la perspective d’une prise de contact. A notre connaissance, celle-ci n’a pas lieu le plus souvent, voire n’empêche nullement le déplacement des poseurs ;
  • la plaquette reste silencieuse face à un refus absolu du client ;
  • le point sur le recyclage des anciens compteurs devrait se trouver dans tous les documents.
Au total nous nous permettons d’insister sur l’absolue nécessité de ne pas passer en force et de mieux expliquer la démarche de pose tant dans son aspect légal, qu’au regard des protections reconnues aux clients.
Enfin, je constate que vous ne précisez pas quelles sont les mesures que vous entendez prendre pour pallier d’éventuelles difficultés d’usagers n’ayant pas accès à Internet.

Il faut maintenant veiller à la stricte application des engagements pris.

Publié dans libertés