'Je suis gardien de la paix et opposé aux manifs de policiers actuelles'

Publié le

La LDH concluait son récent article Police et société : ouvrir le débat par: "La LDH poursuivra ses efforts en ce sens et appelle à un débat public, incluant tous les acteurs, institutionnels, syndicaux et de la société civile, sur les missions et les conditions d’emploi des forces de police".

Dans son édition datée du 29 octobre, le journal l'Express publie le témoignage du policier David Paufert, gardien de la paix, qui raconte pourquoi il est opposé aux manifestations actuelles. [Cliquer sur l'image ci-contre pour le consulter]

C'est un témoignage personnel à verser au débat public :

"Je n'ai pas participé aux rassemblements nocturnes parce que c'est quelque chose que je ne trouve pas naturel, aujourd'hui. On est quand même dans une période, où, depuis 2013, notre budget est en constante augmentation.
Il faut faire une distinction avec les manifestations de policiers en repos, qui sont tout à fait fondés à organiser une marche, légalement. Mais quand ça commence à être en service, avec une arme de service et encagoulé dans la rue, on peut se demander l'image que ça donne. Et ça reflète, aussi, l'image de policiers qui ont peur.
Le mouvement n'a ni queue ni tête
Certes, je trouve que cette colère est légitime. Il y a de l'exaspération, de la fatigue dans police. Mais j'ai une position assez tranchée sur le mouvement policier actuel. Je trouve qu'il n'a ni queue ni tête. On ne sait pas très bien dans quelle direction ça part.
On a changé trois fois de représentant en une semaine. Robert Paturel [ancien policier du Raid] et Laurent-Franck Lienard [avocat spécialisé dans la défense des policiers] disent qu'ils ont été nommés représentants du mouvement. Nommés par qui? Comment? Où? Personne ne sait. Je leur ai posé la question à tous les deux, mais ils n'ont pas voulu répondre. C'est assez curieux comme attitude.
Paturel n'est pas légitime pour nous représenter
D'une, pour moi, Robert Paturel n'a pas la légitimité des votes. Mais en plus, il n'a aucune légitimité à parler pour nous de problèmes qu'il n'a pas connus. Il a eu une belle carrière, ça je ne le remets pas en cause. Mais c'est quelqu'un qui ne connaît pas les commissariats. De son propre aveu, il n'a fait que quatre ans de commissariat sur l'ensemble de sa carrière. Il a surtout connu la police de la vitrine, le Raid.
Le deuxième point qui m'inquiète chez Robert Paturel, c'est son appétence à intervenir sur des sujets et à nous montrer ses idées assez proches des milieux d'extrême droite, quand il reprend, par exemple, des données complètement approximatives qu'on retrouve chez tous les identitaires. J'ai du mal à croire qu'il n'y a pas, derrière, une volonté de servir quelqu'un. Même s'il s'en défend complètement dans les échanges que j'ai eus avec lui.
Une myriade de blogs font monter la mayonnaise
Je n'irais pas jusqu'à dire, comme l'a sous-entendu Jean-Christophe Cambadélis, que ce mouvement est téléguidé par le Front national. Mais je pense qu'à l'origine, il y a toute une myriade de petits blogs, de pages Facebook de soutien à la police, dont on ignore qui est derrière. Depuis quelques mois, on monte la mayonnaise, et à un moment, ça explose. "

 

Publié dans Citoyenneté

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :