Droits de l'Homme à l'ONU: la Russie perd sa place, mais l'Arabie Saoudite la conserve

Publié le

La Russie perd sa place au Conseil des droits de l'Homme (CDH) de l'ONU, c'est la Croatie et la Hongrie qui y représenteront la zone Europe de l'Est. Par contre l'Arabie saoudite a té réélue malgré les critiques des ONG des droits de l'Homme. Elle siégera aux côtés du Japon, de la Chine et de l'Irak pour le continent asiatique.

De nombreuses ONG de défense des droits de l’homme affirment que le Conseil a été pris en otage par des régimes oppressifs cherchant à se défaire des critiques et à privilégier leur propre agenda.

Human Rights Watch et Amnesty International avaient demandé la suspension de l’Arabie saoudite du Conseil des droits de l'Homme, dont elle est membre depuis sa création en 2006. Elles reprochent à Riyad «un bilan effroyable de violations» des droits humains au Yémen, où la Monarchie mène une campagne de bombardements contre les rebelles chiites Houthis depuis 2015. Près de 4 000 civils y ont trouvé la mort. La monarchie saoudienne est bien partie pour dépasser en 2016 le chiffre de 157 exécutions en 2015.

80 ONG ont publié une pétition conseillant aux pays votants de «se demander sérieusement si le rôle de la Russie en Syrie, qui inclut le soutien et l’engagement d’actions militaires qui ont régulièrement ciblé des civils […] la rend apte à servir dans la première institution inter-gouvernementale de droits de l’Homme des Nations unies». Moscou a qualifié cet appel de «cynique» et «déshonorant», assurant que ces accusations étaient plutôt motivées par des objectifs politiques que par la défense des droits humains. Exit donc la Russie!

Au total, le Conseil des droits de l’Homme des Nations unies compte 47 places, réparties par régions. Un tiers des membres siégeant est renouvelé chaque année, à l’issue d’un vote.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :