Un nouveau sursis pour la maison des Trois paroisses !

Publié le

Depuis le 16 avril, nous vous invitions à signer la pétition des habitants du squat de la maison des 3 paroisses. De nombreux citoyens et plusieurs associations ont soutenu l'action entreprise par ces familles roms. Nous vous avons tenu régulièrement informé de l'évolution de la situation.

Voici donc les dernières nouvelles:

20 août 2016 — Bonjour à tous, Sar-siann,

Au bon rappel de leurs discours électoraux, et eu égard à leurs responsabilités, tous les élus conseillers départementaux de la majorité comme de l'opposition ont reçu une invitation à se positionner face à la contradiction du Conseil départemental entre sa mission de protection de l’enfance et sa décision de mise à la rue des familles occupant la maison des Trois paroisses.
Et alors que le président du Conseil départemental a refusé une demande d'entrevue et exige une expulsion manu-militari, la préfecture du Maine et Loire, elle, a choisi, la rencontre.
Jeudi 18 août 2016, le secrétaire général de la Préfecture a donc reçu notre délégation composée d'un représentant des familles (Mr Mihaï C) et de 2 militants en soutien (Pierre Jean Bourdon du CSSP et Daniel Jamel Blanchard de l'action sociale et d'entraide de l'AJR).
Comme il n'y a pas d'alternatives proposées à la situation des familles et que leur volonté d'insertion est réelle, un délai supplémentaire d'habitation est accordé. Provisoirement, la préfecture décide donc de ne pas opérer de recours à la force publique pour expulser.

C'est une bonne nouvelle car la Préfecture examine la réussite de l'action sociale opérée par l’AJR et des bénévoles. Cette enquête est en cohérence avec l’obligation ordonnée par la circulaire Valls de 2012. Surtout, à l’inverse du Conseil départemental du Maine et Loire, la Préfecture laisse un sursis favorable à l'aboutissement de cette action. Même si rien n'est acquis, ce délai supplémentaire nous redonne un peu d’espoir.
En effet, contre tout préjugé raciste, le souhait des habitants est de vivre autrement. Même si les demandes de logements pérennes n’ont toujours pas de réponses, une majorité des occupants de la maison, dont des femmes a maintenant un emploi. Nous sommes fiers de la poursuite de la scolarité des enfants. Toutes les familles progressent rapidement dans la maîtrise de la langue française. Surtout, nous vivons notre aventure au delà du cercle de la solidarité familiale, par une relation conviviale interculturelle de proximité avec de nombreux soutiens.

Ces soutiens, ce sont aussi vous ! Vous qui avez signé la pétition, et qui avez permis, par la mobilisation, une autre vision des « squats »et des personnes qui restent debout malgré la précarité.
Nous remercions les personnes et associations qui suivent notre réalité, celle d'un combat permanent, celle d'une recherche de dignité pour tous. Lundi soir, 22 août 2016, nous nous réunirons en pensant aux autres, à Angers comme ailleurs, qui subissent le même sort.
Car rien n'est terminé !
Bienveillance à tous ! Ja devlessa !

Publié dans Droits sociaux