Google Maps a supprimé le nom de Palestine de ses cartes et l’a remplacé par Israël

Publié le

11 Août 2016: voir la mise au point sur cette information en fin d'article

La décision de Google de retirer la Palestine de ses cartes et de la remplacer par Israël a été tout de suite dénoncée par le Forum des Journalistes Palestiniens.

Selon leur déclaration, la décision de Google faite le 25 Juillet est « une partie de la stratégie d’Israël pour établir son nom en tant qu’État légitime pour les générations à venir et rayer définitivement de la carte la Palestine ».

« Le remplacement vise également à falsifier l’histoire, la géographie, ainsi que le droit du peuple à avoir sa patrie, et aussi une tentative échouée de manipuler la mémoire des Palestiniens et des Arabes ainsi que du monde ».
D’après le forum, ce remplacement est « contraire à toutes les normes et conventions internationales », ce qui souligne que Google doit refuser ses actions.

Selon le zoom choisi on voit apparaitre les contours de l'Etat Palestinien, sans toutefois voir apparaître le nom de la Palestine

Mise au point tiré d'un article
de Télérama du 10-08-16

Un État invisible

Contacté par Télérama, un porte-parole de Google est clair : « Il n'y a jamais eu de mention "Palestine" sur Google Maps. En revanche, nous avons découvert un bug à l'origine du retrait des mentions "Cisjordanie" et "bande de Gaza". Nous travaillons rapidement à remettre ces indications sur la carte. »

L'indignation n'est pas née comme par magie : en mars 2016, un certain Zak Martin lançait déjà une pétition pour s'indigner que « l'État de Palestine [n'apparaisse] pas sur Google Maps. [...] Intentionnellement ou non, Google se rend complice de la purification ethnique de la Palestine par le gouvernement israélien », accusait le texte, qui a recueilli à ce jour plus de 250 000 signatures.

Alors que voit-on réellement représenté sur les cartes du moteur de recherche ? En navigant sur la mappemonde, nulle trace du nom « Palestine ». Ses territoires y sont pourtant bien représentés, de la région cisjordanienne d'Hébron à celle de Jénine, et de Jérusalem à la Jordanie ainsi que la bande de Gaza, mais y sont délimités par des lignes en pointillés et non en trait continu comme les frontières des autres États. Une politique appliquée pour tous les « territoires contestés » dans le monde (autre exemple : le Kosovo) et justifiée par Google dans ses pages d'aide.

Si la dénomination « Palestine » est introuvable sur la carte numérique, une recherche manuelle de l'État vous mènera bien au bon endroit et vous donnera les informations habituelles des sites géographiques de Maps (extrait de présentation Wikipedia, météo, photos). Les villes sont indiquées comme « palestiniennes » et l'information reprise de Wikipedia indique que la Palestine est un « proto-État ». Depuis 2013, à la suite du vote ayant fait de la Palestine un État non membre observateur auprès des Nations unies, Google a changé dans son système – et donc dans l'ensemble de ses services – le terme « territoires palestiniens » en « Palestine ».