Pétition pour un collège public à Beaupreau : relance

Publié le par LDH49

Merci de faire connaître cette pétition à autant de personnes que possible. En effet, plus il y aura de signatures, plus cette pétition retiendra l’attention des médias et des décideurs.

Pour un collège public à Beaupréau (49)

Contacter l'auteur de la pétition

Relance

Mesdames, messieurs, cher(e)s ami(e)s,

Grâce à vous, nous sommes à 6 500 signatures. Plus la pétition aura de signatures, plus elle pourra être déterminante quand elle sera portée au ministère. Aussi, une nouvelle fois, nous vous sollicitons pour en gagner en usant de vos carnets d’adresses, en alertant les organisations et les réseaux sociaux auxquels vous pourriez appartenir.

Et, n’oubliez qu’une adresse mail peut servir pour deux signatures. Alors si votre compagnon ou compagne, votre épouse ou mari ont omis de signer, ou. ., demandez-leur.

A faire signer : http://www.petitions24.net/pour_un_college_public_a_beaupreau

Le point et raisons de ce nouvel appel.

Il fut envoyé une nouvelle lettre ouverte à madame la Ministre lui demandant d’appliquer les articles L.211-3 et R 211-3 du code de l’Education pour que le collège ouvre en même temps que le lycée en 2015. La mise en œuvre immédiate de ces articles permettrait, dans l’attente de la construction effective du collège, l’accueil des sixièmes dans les locaux du lycée. Cette décision ministérielle ne peut pas être différée. Il n’est pas certain, en effet, que le futur Conseil régional ait la même attention à l’endroit de l’enseignement public. Il ne suffit de se déclarer favorable à la construction du collège, il faut agir, selon la loi, pour qu’il se réalise.

Il fut rappelé à madame la Ministre que les articles permettant d’imposer un établissement public à une collectivité territoriale découlait de l’article L 141-1 stipulant que « l’organisation de l’enseignement public et laïque à tous les niveaux est un devoir de l’Etat »

Pour le moment nous n’avons reçu qu’un accusé de réception.

Les démarches entreprises auprès des journaux et des partis politiques nationaux n’eurent, pour l’instant, guère plus de succès.

La concurrence scolaire entre public et privé ne semblerait plus être une question laïque, bien que la laïcité soit à l’ordre du jour.

Il est loin le serment de Vincennes de 1960 contre le financement public de l’enseignement privé. Aujourd’hui, les avantages accordés par la droite libérale à l’enseignement catholique ne sont plus remis en cause. Au contraire, à la loi Carle du gouvernement Sarkozy (augmentation des frais de scolarité versés au privé) est ajouté le financement public des activités périscolaires du gouvernement Hollande. La compétitivité de l’enseignement catholique ne doit pas souffrir d’une quelconque réforme.

A l’idéal d’une école républicaine laïque ouverte à tous, se substitue la loi libérale d’un marché concurrentiel de l’éducation. L’enseignement privé l’investit et le nourrit. La liberté d’implantation dont il dispose, lui permet de porter la concurrence où il le décide. Et, par la complicité des collectivités territoriales, il peut, comme à Beaupréau, préserver son exclusivité sur un ou plusieurs cycles d’enseignement. L’Etat, par sa passivité, ne doit pas laisser se développer une concurrence faussée dans le domaine de l’éducation.

Madame la Ministre doit appliquer les articles du code de l’Education qui garantissent la présence du service public. Ne pas les mettre en œuvre à Beaupréau marquerait, de fait, leur obsolescence et l’abandon de la raison laïque comme fondement de l’organisation de l’enseignement sur tout le territoire.

Cordialement.

Pour les organisations initiatrices de la pétition,

le Président départemental de la FCPE, vice-président de la FCPE nationale,

Guillaume Dupont,

le coordonnateur du collectif vigilance laïcité de Maine-et-Loire.

Jack Proult.

Le Collectif vigilance Laïcité de Maine et Loire